Photo : Au parc de la Courneuve, avec les canards !

Coucou tout le monde ! (ou Coucou les deux personnes qui lisent ce blog ;))

J’avais envie d’écrire cet article depuis très longtemps, alors je me lance !

Je suis poste régulièrement sur Instagram, plus pour avoir un semblant de visibilité par apport à mon travail de comédienne que parce que je considère réellement ma vie comme passionnante et digne d’être lookée par des millions de gens.
Mais bref, comme toute personne présente sur cette appli, j’ai pu constater l’engouement autour du fitness. Et parfois, la Folie.

– Le sport est un allié essentiel

Entendons-nous bien, je fais pas mal de sport depuis toujours.
Avec parfois des interruptions dues à mes problèmes de genou, mais globalement je suis pas mal active. Et je trouve plutôt sain que le sport devienne une sorte de « mode » si cela peut inciter des gens qui n’en faisaient pas du tout à s’y mettre.
Après tout, les vertus d’une activité sportive régulière ne sont pas à démontrer.
Déjà parce que nous sommes pas basiquement « crées » pour être sédentaires (même si de fait, nous le sommes depuis environ 15 000 ans) ; compenser ce mode de vie par une dépense physique régulière est non seulement excellent pour notre corps mais aussi pour notre cerveau (Youpi ! Les endorphines !)

En revanche, cet engouement autour du « corps parfait à tout prix » est inquiétant à plusieurs niveau

– Des programmes inadaptés

D’un côté, nous avons ce que j’ai envie d’appeler les « coachs sains« . Je cite la superbe Lucile Woodward, une femme tonique, au corps joliment dessiné, mère de plusieurs enfants, végétarienne. Ses messages d’encouragement sont solaires, ses photos nous montrent un « idéal » accessible : son corps est beau sans ressembler à celui d’un personnage de cartoon.
Personnellement j’aime beaucoup ses posts, jamais de culpabilisation idiote, une manière de voir l’alimentation de manière décomplexée, « 80% sain, 20% trash » est son crédo. C’est globalement ce que j’essaie de respecter par ailleurs. Manger globalement sain, mais ne pas m’empêcher de vivre pour autant.
(Même si après un week end comme celui que je viens de passer, j’ai carrément poussé le curseur du trash à 50%, mais on va dire que je me rattraperai cette semaine ! Franchement je m’interdis de m’interdire de vivre).

De l’autre côté, (et cette-fois ci, je ne cite pas de noms, mon but n’est pas de crier haro sur des personnes, mais de parler de certaines « pratiques ») du matraquage de messages à moitié-culpabilisants, des programmes chers parfois bien trop difficiles pour les débutants et des incitations à des régimes alimentaires dangereux pour la santé.

J’ai ainsi pu lire (non je n’invente rien). « Défi 3 semaines ! Supprimez tous les sucres, le chocolat, les féculents pour une sèche d’avant été ! Hihihihi » ! (Ok, pour le hihihi j’en rajoute)
Evidemment, ce genre de message est suivi d’une de ces photos de femme maigre qui parait gaulée comme une déesse grâce à ses implants, et de nombreuses followeuses vont se mettre volontairement en carence pour lui ressembler. C’est sûr, qu’en supprimant les féculents et les sucres pendant 3 semaines, elles vont sécher mais à quel prix ?
Je peux vous assurer que pour elles, la reprise va être dure.

Se reprendre en main et s’affiner OUI. Mais pas n’importe comment.
Une perte de poids lente due à un changement en profondeur de ses habitudes alimentaires sera toujours plus bénéfique (et durable) qu’une perte de 5 kilos en 3 semaines obtenue à force de privations.

Idem pour le sport. Certains programmes pourtant adressés aux débutantes (en surpoids ou non) entrent direct dans le vif du sujet en proposant 2 séances de cardio de minimum 45 minutes par semaine + 3 séances de renforcement musculaire de 30/40 minutes.
Au final, les plus courageuses tiennent le coup et verront en effet leurs efforts payer, mais un grand nombre finit par abdiquer, épuisées par une telle intensité ou parce qu’elles ne prennent aucun plaisir à ces séances. Ce sont les mêmes qui diront que « le sport, c’est trop dur » et qui se sentiront découragées de ne pas y arriver.

Personnellement, j’ai eu une grosse période d’arrêt à cause de mes douleurs au genou. Quand j’ai décidé de me remettre à pratiquer une activité physique régulière, j’ai mis du temps à y reprendre goût, notamment les séances de HIIT m’ont découragées au début car je n’arrivais pas à aller au bout.
Mais je me suis accrochée en me disant « Ok, tu n’as pas fait une séance optimale, mais tu feras mieux la prochaine fois« .
Et j’ai progressé petit à petit. Parfois tentée de me dire qu’une « si petite séance ne servait à rien« , parce qu’à force qu’on te rabâche que si tu ne fais pas 45 minutes, ta séance est inutile, tu finis par y croire. Mais c’est un non-sens. Elle sert. Elle sert à faire mieux la prochaine fois.
Et elle sert surtout parce que ce matin, tu as chaussé tes baskets pour la faire, ta motivation était là et si le physique n’a pas suivi tout de suite, il se renforce pour y arriver plus tard !

Vous allez me rétorquer que je ne suis pas une professionnelle. Mais justement. Ces programmes n’ont eu aucun autre effet que me lasser et de me culpabiliser en prime. J’ai vraiment réussi à reprendre plaisir en faisant du sport à partir du moment où j’ai accepté d’y aller à mon rythme.

fit
Photo : Après un footing, quelques exos de renforcement musculaire 🙂

– Le corps refait érigé idéal et la publicité mensongère.

Attention, mon propos n’est pas de dire que la chirurgie esthétique est le mal incarné, je ne vais pas non plus pousser le vice jusqu’à dire que je trouve ces corps « gonflés » aux bons endroits, vilains. Bien sûr que voir une femme fine avec les seins de Betty Boop et le cul de J-Lo fait rêver. Dire le contraire ferait de moi une sacrée menteuse.

Seulement, la malhonnêteté de certains coachs est de présenter leurs « corps idéal » en faisant croire à de milliers de personnes que leur routine sportive (et pas mal de privations alimentaires) leur suffisent à atteindre ce physique de poupée.
Alors que clairement, une à deux parties de leur merveilleuse anatomie est due à un bon coup de pouce chirurgical.

Face à la prolifération de ces images, j’ai moi-même un moment sérieusement songé aux implants mammaires. J’ai vraiment failli sauter le pas tant je me sentais en deçà de ce que je pouvais voir sur les réseaux sociaux.
Heureusement mon homme m’a clairement découragée et je l’en remercie aujourd’hui. Je l’en remercie parce qu’il faut arrêter de croire que l’on a besoin d’une (fausse) poitrine opulente pour être belle.
La plupart des femmes vont avancer qu’elles ne le font pas pour les autres, mais pour elles, mais je ne suis pas sûre que toutes soient honnêtes. N’allez pas me faire croire que l’attrait des hommes pour les gros lolos n’est pour rien dans de tels choix. Même si c’est peut-être inconscient, aurait-on eu un jour l’idée de s’infliger de telles transformations sans influence masculine ?

La chirurgie esthétique est une chose, la maigreur et la sèche pour en arriver à ces physiques de Barbie en est une autre.
Certaines photos me font flipper, carrément flipper, car elles cachent en réalité un corps à moitié décharné, qui parait « en forme » grâce aux implants mammaires et fessiers.

Les abdominaux apparents de cette sportive vous font rêver ? Ses bras musclés ? Soyez tout de même prévenues que la musculation et le sport pratiqués à hautes doses a de grandes chances de vous faire perdre au niveau de la poitrine. Chose que ces « coachs » ne vous diront jamais. Bien évidemment.
Beaucoup de femmes compenseront par des implants mammaires, encore faut-il avoir l’argent (et l’envie!) d’en arriver là.

baskets
Photo : Des baskets pour se vider la tête, pas pour se la prendre, bordel !

– La folie de la maigreur.

Il y a des avants – après qui forcent le respect. Je tire mon chapeau aux femmes qui étaient en surpoids et qui exhibent aujourd’hui une silhouette qu’elles considèrent plus saine et « harmonieuse » et dont elles sont fières. Leur volonté a payé et je suis sûre que le sport les a en plus aidées mentalement. Bravo à vous.

Il y a des avants-après à pleurer.
J’ai vu un jour en « Avant » un corps de femme en pleine forme, avec de jolies courbes naturelles, bref, un physique qui aurait été considéré comme un corps « parfait » dans un monde épargné par la folie de la chirurgie esthétique.
Et en « Après« , la même femme après une sèche, abdominaux saillants, cuisses amaigries et seins regonflés.
Si elle se sent mieux ainsi, je suis très heureuse pour elle, j’ai par contre été choquée quand j’ai lu le commentaire qu’elle associait à sa transformation physique : (encore une fois, je n’invente RIEN) « Avant, un corps flasque et sans muscle, Après, un corps ferme et musclé ».
Je pense que toutes les femmes aux corps réellement « flasque » ont eu envie de la tuer à ce moment-là. Bordel, j’ai envie que les femmes se sentent bien en dehors de la maigreur, des muscles saillants et de quelques prothèses pour faire croire à des formes ! Cette gonzesse n’avait peut-être pas un corps estampillé « muscles apparents » avant sa transformation, mais elle avait un beau corps de femme, ferme, avec de vrais nichons, des vraies cuisses ni maigrichonnes, ni grasses. Bref, ça m’a fait de la peine que des milliers de nanas qui ont peut-être ce genre de corps magnifique puisse ensuite se dire « Ah merde, mais en fait je suis flasque ! »

Je ne vais pas argumenter en parlant justement de cette mode de muscles apparents, car il s’agit là de goûts purement esthétiques. Je ne me sens pas concernée par cette envie d’avoir des tablettes de chocolat, je ne vais pas pour autant juger celles qui travaillent pour.

leia
Photo : Il y en a pour qui la motiv ultime, c’est l’épreuve du maillot de bain. Chez moi, c’est le cosplay de la Princesse Leïa ;))

Travailler pour le corps de ses rêves n’est pas malsain, mais Attention au jugement que vous portez sur le corps des autres.
Attention à ne pas vouloir y arriver « à tout prix » au point de le faire n’importe comment.
Attention à ne pas occasionner des frustrations que vous finirez par payer cher, essayez de trouver un juste équilibre!
Et surtout, attention à ne pas prendre les photos vues sur Instagram pour argent comptant !

On peut être fine avec un peu de cellulite et que cela ne se devine pas sur les photos… Evidemment ! Qui a envie de mettre une photo sur Insta qui ne la mette pas tout à fait en valeur ?
Me concernant, je ne troquerai pas mes cheat-meal contre une absence totale de cellulite (non, elle ne se voit pas sur la photo, oui, j’en ai un peu et non pas beaucoup).
Même si elle me prend la tête et que je serai tellement plus heureuse sans ! (Enfin, c’est ce qu’on croit ;)) J’aime trop vivre. Je ne considère pas que j’ai un corps parfait, mais je sais aussi que je n’ai globalement pas à me plaindre.
Alors évidement, la pression de la société fait que je me plains quand même (je suis une fille quoi…), j’ai beau savoir que les photos que je vois sur insta sont un reflet filtré et embelli de la réalité (hashtag, les poses avantageuses, jambes croisées / ventre rentré / fesses en arrière voir carrément retouches photoshop), je me laisse aussi prendre au piège.
Je déprime parfois après avoir mangé une part de gâteau ou après un week-end trop riche. Mais généralement, je me régule relativement naturellement après des excès, car je n’ai tout simplement pas envie de re-manger gras tout de suite.

Ce genre de mentalité, ça s’éduque un peu, d’ailleurs mon alimentation fera l’objet d’un autre article (non pas pour m’ériger en exemple ! Mais pour parler du végétarisme) car j’ai aussi eu ma période de n’importe-quoi 😉
L’alimentation, c’est comme tout, il faut savoir trouver la frontière entre ce qui relève du plaisir et de la compulsion. Tout un programme ! Perso, j’y arrive parfois, et c’est plus dur à d’autres moments. Bref, je suis un être humain.

Soyez heureuses les filles, faîtes du sport pour faire du bien à votre tête, pour vous sentir bien dans votre corps. Mais ne vous empêchez pas de vivre.
Souriez ! Croquez la vie ! C’est là le gros de notre sex-appeal 😉

 

 

 

 

Publicités