Photo : Temple d’Angkor Vat

Voyager est clairement un des buts de ma vie.
J’essaie de partir minimum une fois par an dans un endroit inconnu. Et de sortir carrément de l’Europe 1 fois tous les 2 ans.

Justement, je suis revenue il y a trois semaines de ma dernière destination : Le Cambodge (à prononcer avec un gros coeur dans la bouche)
Si mon amour pour l’Asie date de mes 15 ans (Douce Thaïlande…), la grande nouveauté pour moi était de voyager seule pour la première fois de ma vie.

Et ça a changé beaucoup de choses.

De nombreux blogs de backpackeuses aguerries et bien plus légitimes que moi fourmillent de bons conseils, souvent des nanas extra qui partent parfois pour 6 mois !
Me concernant, je n’avais que deux semaines, mais j’ai tout de même envie de faire un retour d’expérience (parce que c’est mon blog et que je fais ce que je veux nananère, bisque-bisque-rage et autres enfantillages) parce que voyager seule en terre inconnue est une expérience qui m’a énormément apporté [et je pense que tout le monde devrait la tenter un jour].

Je re-précise que, n’étant partie que deux semaines, certains de ces conseils s’appliquent particulièrement aux courtes durées. Lorsque vous passez un mois dans un pays, l’improvisation peut-être bien plus poussée.

dav
Photo : Bouddha du Palais Royal, Phnom Penh, Cambodge

1 / SE RENSEIGNER SUR LE PAYS
Si toi-aussi, l’idée du circuit organisé te donne des boutons, pas de soucis mon p’tit wookie. Il était également hors-de-question pour moi de ne pas pouvoir aller où je voulais, quand je le désirais. Voici donc quelques conseils de bon aloi :

Renseigne-toi bien au préalable sur les villes / lieux offerts par le pays.
Le mieux est d’exploiter les merveilleuses ressources d’internet pour récolter des avis de voyageurs, les photos, savoir ce que chaque ville offre comme visites / activités et d’arrêter ton choix sur tes destinations principales après une investigation poussée.
Car non, tu ne pourras pas tout voir, malheureusement.
Ai une vague idée du nombre de jours que tu réserves à chaque lieu et du « sens de la visite » sans toutefois faire un planning trop serré afin de te laisser le loisir de changer d’avis.

Fais un point sécurité : La plupart des forums type routard.com répondront à vos questions en la matière. Car malheureusement, certains pays sont encore déconseillés aux femmes seules.

Réserve au moins ta première nuit sur place (car ne pas savoir où aller alors que tu es chargée en sortant de l’aéroport peut-être assez emmerdant)
Selon le pays que tu visites, renseigne-toi s’il est facile de réserver au dernier moment (ce qui est préférable en cas de changement de planning!) ou si la haute-saison rend cela risqué.

Glane quelques bonnes adresses que entreras dans ton téléphone. Tu pourras choisir de les réserver au moment venu, ou de ne pas le faire si le destin t’a amené à recevoir d’autres conseils entre-temps ou pourquoi pas à rejoindre quelqu’un sur place.

Pour les pays dont la culture est très différente, apprends les gestes à ne pas faire. Même si la plupart du temps, l’indulgence est de mise avec les touristes, le respect passe aussi par l’apprentissage des us et coutumes.

Et un truc tout bête, question de politesse basique, même si ton anglais est excellent, apprends au moins à dire « Bonjour« , « Merci » et « Au revoir » dans la langue du pays. Ce sera apprécié.
D’ailleurs, conseil utile, vous pouvez télécharger une application de traduction type Voice Translator.

En résumé, sois suffisamment renseignée pour ne pas perdre trop de temps sur place, aies quelques points de chute en tête et une idée globale de ton itinéraire, sans pour autant fermer complètement ton voyage afin de te permettre de l’impro !

dav
Photo : Instant lézardage à Koh Rong Samloem, Cambodge

2/ LA VALISE
La fille qui est en nous aurait bien envie de partir avec sa salle de bain et son armoire. Mais comme des cours de Mary Poppins permettant de caser sa baraque dans un sac de voyage n’existent pas, il va falloir aller à l’essentiel.

Petit rappel :
Attention à ne pas mettre d’argent dans ton bagage en soute + tout ce qui pourrait être bien relou à perdre -lunettes, lentilles de contact, tout appareil électronique et pourquoi pas quelques vêtements si tu es parano –
Prévois également un petit nécessaire de toilette dans ton bagage à main si tu as de longues heures de vol et des escales. (Attention, pas de liquides dans des contenants de plus de 100ml, privilégie les lingettes ou les savons secs)

TROUSSE DE TOILETTE
Le but va être de limiter les contenants et les liquides qui peuvent rapidement alourdir le sac. Promis ton dos va te remercier.

– 1 crème de jour visage + corps (Prends-en une qui fait les deux, tu peux même te passer d’après-shampoing en répartissant une noisette de cette crème sur cheveux humides)
1 shampoing sec + 1 savon solide
– 1 petite serviette
– 
1 paquet de lingettes nettoyantes pour bébé (pour les escales et excursions)
Lingettes démaquillantes (Entendons-nous bien, je suis contre ces produits pour une utilisation domestique car ils sont trop polluants. En revanche en voyage, emmener son démaquillant, ses cotons et tout le bordel, ça rajoute du poids. Ici on essaie de faire au plus léger)
– 
Un gel désinfectant pour les mains. (A utiliser en excursion)
Un rasoir (poil aux pattes !)
– Un coupe-ongles
Un peigne

Et pour la toilette, c’est tout ! Voyager c’est aussi l’occasion de se passer de coquetterie, d’aller à l’essentiel et de ne pas faire de son apparence une préoccupation. Et ça fait un bien fou.Si tu veux emporter du maquillage, ne prends que l’essentiel. Me concernant je me suis armée du trio rouge à lèvres – eyeliner – mascara, c’était amplement suffisant.

PHARMACIE
Selon les pays, la nourriture très différente peut parfois entraîner quelques désagréments), puis quand la rando occasionne les bobos, on est content d’avoir prévu les pansements !

– Doliprane 1000
– Anti-diarrhéique
– Gaviscon
– Compresses
– Pansements
-Alcool à 90°
– Crème solaire (indice 50 minimum pour les pays chauds. Je conseille la Daylong que l’on trouve en Pharmacie, parole de peau claire qui se protège farouchement du soleil…)
– Anti-Moustique (pour les pays concernés. Être très vigilant dans les zones où le paludisme sévit, j’aime bien les produits naturels quand on est en France et que les moustiques ne peuvent pas grand chose à part te filer des boutons, mais pour les pays tropicaux prenez impérativement un anti-moustique à base de DEET et renseignez-vous sur les traitements préventifs existants. Me concernant j’ai très bien supporté la Doxycycline)
– Sa pilule (si besoin !)

VÊTEMENTS
Là encore, allez à l’essentiel, ne vous chargez pas inutilement !

– 3 hauts (chauds ou légers selon votre destination)
– 1 pantalon (idem)
– 1 robe (toujours pareil)
– Un pull (là dans les deux cas prenez-en au moins un chaud, car les pays tropicaux abusent parfois de la clim’ et vous serez contents d’avoir votre pull quand il fera -8000 dans le bus !)
Une écharpe (vous servira dans les deux destinations)
– Un manteau ou imperméable (selon destination)
– 1 paire de baskets (pour la rando!)
– 1 paire de chaussures légères / chaudes (selon votre destination !)
– 1 Maillot de bain
– 1 pyjama
– 3 culottes – 3 paires de chaussettes – 2 soutiens-gorge
Pour les pays froids, ajoutez la chapka, les collants et les gants à la liste ! Ainsi qu’un pull en rab pour pouvoir tourner.

Et pis c’est tout ! Là encore, voyage léger, optimise ta tenue. Tu vas visiter un pays, crapahuter partout,nul besoin de ressembler à un mannequin en toute circonstance. Le soir, prends le réflexe de laver tes vêtements du jour avec un gel de lavage à la main que tu auras prévu.

AUTRES – + SECURITE

-Emmène toujours deux cadenas (un pour ton sac à dos- si si- l’autre pour les safety-box des guesthouses. Ne laisse ton passeport, ta CB et ton argent à l’hotel que s’il y a des safe box sécurisées)  Ne jamais ranger tout ton argent au même endroit, en cas de vol tu seras (un peu) moins emmerdée…
Un cache-billet dans lequel tu mettras ta monnaie pour la journée ainsi que ton téléphone et ton passeport (s’il n’y a pas de safety-box à la guesthouse)
Plusieurs formes existent. Personnellement je possède celle-là mais si on aime avoir des vêtements un peu moulants, c’est bof. Une version ceinture existe et je trouve ça hyper sympa)
– Une pochette dans laquelle tu auras pris soin de mettre les photocopies de ton passeport, assurance voyage + numéro à contacter, réservations et photocopie de ta confirmation de vol où les numéros – heures de tes avions apparaissent (franchement utile en cas d’escale dans un aéroport où personne ne parle anglais et où tu es paumée. Crois-en mon expérience ^^)
– Un carnet pour noter tes impressions ou dessiner
– Si tu prends tes photos avec un smartphone dernier cri, emmener un appareil photo numérique plus modeste permet de ne pas trop se faire repérer lorsque tu seras dans des endroits très populaires. ça ne viendra à l’idée de personne de voler ton petit appareil photo numérique tout « nul ». En revanche ton iphone-6 flambant neuf…
Une batterie de secours (très pratique en cas de longs voyages en bus par exemple)
– Tous les câbles et chargeurs nécessaires à tes appareils électriques.
– Quelques livres. (Selon le poids de ton sac. Mais perso moi, je ne peux pas m’en passer)

10384696_10152479513916648_2772576569267631992_n
Photo : Le Cotopaxi, Equateur

3/ APPRENDRE A VIVRE AU JOUR LE JOUR
L’un des nombreux avantages de voyager seule est clairement de pouvoir faire absolument ce que tu veux, quand tu veux. Tu n’as pas d’autres contraintes que celles que ton corps et ton budget t’imposent.

Personnellement, vivant en couple et en colocation, cette soudaine liberté m’a carrément grisée. Moi qui me couchais toujours très tard pour me calquer au rythme de mon amoureux, je me suis découverte très lève-tôt (ce qui m’a permis de voir des levers de soleil formidables).

Aucune négociation, pas de compromis. C’est juste toi et ton instinct. Toi et ton envie. Répondre à ce besoin si primaire, si égoïste de n’avoir de compte à rendre à personne m’a vraiment fait goûter un plaisir que je n’avais jamais vraiment connu.

Accepter aussi de ne pas toujours savoir de quoi demain sera fait. Parfois je m’attendais à adorer un endroit qui m’a finalement laissé peu de souvenirs mémorables. Puis au contraire j’ai eu des coups de coeur et suis restée 6 jours là où je ne pensais dormir que 3 nuits… Tout ceci est absolument imprévisible et au contraire d’un tour organisé ou d’un voyage que tu ferais avec des amis, tu as absolument toute liberté sur ton planning. Tu en as ras-le-bol des temples d’Angkor ? Alors pars un jour plus tôt, tu n’as de comptes à rendre à personne.

8164_10153763143781648_8296003264444411701_n
Photo : Notre-Dame-de-Harrissa, Liban (et oui j’avais les cheveux rouges!)

4/ NOUER AVEC LA CULTURE
Ce n’est parfois pas toujours très simple, selon les pays, de nouer véritablement des liens avec les locaux. La barrière de la langue peut être un frein considérable.
Mais si vous avez la chance de voyager dans un pays anglophone ou dont vous maîtrisez la langue, prière de ne pas rester dans votre hôtel quatre étoiles…

J’ai adoré le principe des Guest houses au Cambodge. Toujours tenues par des locaux à qui vous pouvez payer une bière pour papoter en rentrant, ce genre de moments vous apprennent souvent bien plus sur la culture du pays que tous les manuels que vous pourrez lire…

Une autre manière résolument efficace pour approcher l’essence d’un pays reste de se promener à pied hors des sentiers battus, de rire avec les enfants, d’aller manger dans les boui-boui (même s’ils ne vous inspirent pas confiance de prime abord ! Pour moi, ça fait résolument partie de l’aventure !)
Bref, prenez le risque de sortir de votre zone de confort. Passez-vous de votre petit déjeuner occidental pour goûter à ceux du pays… Découvrez !

Bien sûr en deux semaines, on ne se transforme pas en local ! Mais s’ouvrir à d’autres cultures, c’est parfois découvrir plein de nouvelles choses sur soi. Ou l’occasion d’enrichir la sienne ! Alors profitez !

dav

Photo : Street-food à Shanghai, Chine

5/ UN COMPORTEMENT RESPONSABLE
Le tourisme a parfois de bien sombres côtés… Certains pays sont prisés pour leurs… femmes et enfants. Oui, la prostitution est un véritable fléau et je ne saurai que trop vous supplier de ne pas participer de près ou de loin à cela. Les mentalités bougent et certains pays commencent à pénaliser les touristes qui se font « prendre », mais le problème est encore trop important.

De même, l’exploitation des animaux a encore de beaux jours devant elle tant que  les touristes se presseront autour des spectacles et promenades à dos d’éléphants ou autres photos avec des singes attachés sur le dos…

Selon les pays, se faire chopper avec de la drogue dans le sac peut conduire à une peine de prison importante dont on se passerait bien (ça fait pas très exotique de dire que l’on a passé des mois dans ce genre de cabane).

Bref, si sortir de sa zone de confort est indispensable en voyage, n’allez pas non plus jusqu’à faire n’importe quoi sous prétexte que vous êtes en vacances. Set, un cambodgien qui gérait la Pension Lodge (Guesthouse à Siem Reap) m’expliquait qu’il est souvent dérangé par les touristes qui rentrent complètement ivres en beuglant dans la guesthouse alors qu’il dort sur un matelas tout fin dans l’entrée (oui oui…). Evidemment, la politesse Cambodgienne l’empêche de dire quoique ce soit, mais ce genre de comportement est également inacceptable.

img_0050-19
Photo : Marrakech, Maroc

6/LA SOLITUDE ?
Autant le dire, quand tu voyages seule, tu ne l’es jamais véritablement. Il y aura toujours un autre voyageur pour t’inviter à sa table, un groupe qui t’inclura dans son excursion ou avec qui tu feras, pourquoi pas, un bout d’itinéraire pendant quelques jours…

Seule, tu t’ouvres également plus facilement aux autres que lorsque tu voyages en couple ou avec des amis. Ce qui encourage également les locaux à venir s’asseoir à ta table, à entamer des discutions dans le bus etc etc.
Finalement, en deux semaines, je n’ai vécu la solitude que peu de fois. Elle encourage véritablement les rencontres et les échanges. Du coup, quand tu te retrouves vraiment seule, tu en profites encore plus. Véritablement tout bénef’ cette histoire !

Profitez-en pour sortir de votre zone de confort, prenez un cours de cuisine locale, louez un canoë si vous n’en avez jamais fait, escaladez, nagez, aimez, manger… Personne n’est là pour vous ralentir ou vous dissuader d’une quelconque activité. Et vous avez toute la journée à vous. Pour vous.

orde-du-sejour-31
Photo : Sicile, Italie

6/ LES RESSOURCES
Dernier petit paragraphe pour clore ce (très long) article.

Je me suis découverte des qualités que je m’ignorais et une résistance physique que je ne soupçonnais pas.
Mais au contraire parfois, mon côté bougon se révélait sans que je m’y attende.
J’ai appris que n’être pas toujours à fond n’était pas grave.
Que l’on doit profiter de chaque instant quand on est heureux.
Mais que vouloir « kiffer au maximum » n’est pas toujours possible.
Et que ce n’est pas grave.
Je savais déjà que j’étais amoureuse de l’Asie.
Mais je ne savais pas que l’histoire du Cambodge m’atteindrai jusqu’à l’âme.
Je savais que je n’avais pas des goûts de luxe,
Mais dormir dans des bungalows ouverts malgré ma peur des araignées m’a prouvé que j’étais plus courageuse que prévu.
J’ai préféré la campagne aux temples majestueux, alors qu’Angkor était initialement le but de ma visite.
J’ai nagé dans une rivière la nuit alors que les bê-bêtes, vous l’aurez compris, peuvent me paniquer.
J’ai appris que je pouvais décoller mon nez de mon téléphone, louer un vélo dans une ville que je ne connais pas et me démerder avec une carte pas à jour.

Bref, j’ai appris des petites choses sur moi. C’était juste cool de voir que je me débrouillais comme la grande que je suis. 😉 Et nul doute que tu apprendras aussi des choses sur toi en voyageant seule !

IMG_0996.JPG
Photo : Madrid, Espagne

J’ESPÈRE T’AVOIR CONVAINCUE ! BON VOYAGE !

PS :Je consacrerai un prochain article sur le Cambodge très bientôt, avec mes coups de coeur, mes adresses à ne pas manquer, mon itinéraire etc etc…

Publicités